Parfois je me dis que...

L’amour est une fleur délicieuse mais il faut avoir le courage d’aller la cueillir sur les bords d’un précipice affreux.

Stendhal (via mortdevivre)

(Source : laceremoniedesadieux)

Tu es le pauvre, le dénué de tout. Tu es la pierre qui roule sans trouver le repos. Tu es le lépreux hideux dont on se détourne et qui rode autour des villes avec son grelot. Pas plus que le vent tu n’as de lieu et ta beauté cache mal que tu es nu…

Rainer Maria RilkeLe livre de la pauvreté et de la mort
(via lamemoiredesjours)

Et puis il me demande comment on peut écrire des phrases comme ça. Des phrases qu’on ne peut pas oublier. Parce qu’en les lisant elles ont tout déchiré d’un seul coup.

(A propos de Rimbaud)  Fixer le ciel au mur - Tieri Briet (via livreclem)

(Source : godzilla23)

Ma garce de vie s’est mise à danser devant mes yeux, et j’ai compris que quoi qu’on fasse, au fond, on perd son temps, alors autant choisir la folie.

Sur la route, Jack Kerouac (via mortdevivre)

(Source : funam-bule)

J’ai en moi quelque chose […] qui pourrait en ce moment se résoudre en larmes.

Virginia Woolf , Mrs Dalloway (via feuille-d-automne)

5to1:

Jane Birkin & Serge Gainsbourg

Toute ma vie je suis resté tapi dans l’ombre, à l’abri du soleil, de la pluie et des regards, à observer sans être vu, faussement méprisant, follement envieux, j’ai construit des châteaux de cartes dans l’obscurité pour ne pas les voir s’écrouler, j’ai attendu que quelqu’un me trouve, que tu me trouves, mais je suis trop fier, ou trop lâche, pour approcher, même pour tendre le bras, et je disparaîtrai comme j’ai vécu, seul, inconsistant, insignifiant, inexistant.

Laurent Blaise - Vers orphelin - acrostiche (via lonesome-are-the-words)

mending4:

 Todos os direitos reservados a moon hearted

Il faut aimer n’importe qui, n’importe quoi, n’importe comment, pourvu qu’on aime.

Alexandre Dumas, Les idées de Madame Aubray (via feuille-d-automne)

(Source : laceremoniedesadieux)

More Information